Etablit 2 resized © 2012 Charline Dequincey

L’appellation de luthier peut désigner plusieurs types de factures instrumentales. Je m’en tiendrai à ma spécialité, c’est-à-dire celle des instruments du quatuor à cordes.

À noter que le métier d’archetier est souvent assimilé à celui de luthier. Bien que l’un ne fonctionne pas sans l’autre et que l’archet tienne définitivement une place prépondérante dans la qualité du son produit, j’aimerais préciser qu’il s’agit d’une profession distincte, possédant ses propres spécificités techniques.

Fréquemment, à la mention du métier de luthier, jaillit l’image de l’artisan entouré d’une mer de copeaux au fond de son atelier. La scène baigne dans un éclairage digne d’une peinture de Vermeer ou de Le Caravage. Mystérieux, détenteur de nombreux secrets, passionné et patient, il extrait de morceaux de bois des instruments. Il les revêt ensuite d’un vernis flamboyant aux nombreuses propriétés magiques (n’est-ce pas le secret des Stradivarius?) et, en touche finale, leur insuffle une âme, dotant ainsi le musicien d’un outil lui permettant d’enchanter son auditoire.

Cette représentation, certes poétique, parfois un tantinet mythologique, ne dépeint pourtant qu’une infime facette du métier de luthier.

En effet, la lutherie est une profession qui revêt bien des dimensions et des sujets de spécialisations.  Elle inclut autant la fabrication que la restauration.  Ces domaines requièrent une bonne connaissance de l’histoire de la lutherie (l’expertise pouvant être un domaine de spécialisation à part entière). Une autre part importante du métier est le travail de collaboration et de communication avec le musicien pour l’ajustement du son, le confort de jeu et l’entretien de l’instrument.

Ainsi, il tient à chaque artisan de développer les qualités qui lui semblent les plus pertinentes avec « son art ». Du travail de l’œil et de la main, de l’étude des instruments et des fabricants au cours de l’histoire, des tracés géométriques, de la physique mécanique et acoustique, de la chimie des vernis et tant d’autres que j’omets par souci de concision. De quoi bien remplir toute une vie pour l’artisan curieux et assidu. Et n’oublions pas les aspects administratifs et commerciaux, beaucoup moins romantique dans le cas d’un petit atelier et pourtant tellement importants.

Ce site Web a pour but de promouvoir mon travail de lutherie, j’espère qu’il saura retenir votre attention !

 

 

Crédits et Remerciements
Copyrights © 2014-17 Charline Dequincey. All rights reserved.